Travail Attelage Randonnées News Dossier Togo Seppala et l'historique Route du Sérum

Mais c'est en 1925, lorsque la diphtérie a menacé de décimer la population de Nome, que Seppala et ses Sibériens ont acquis une renommée internationale. C'est en janvier de la même année que le premier enfant est décédé de la maladie, et bientôt d'autres ont été touchés. Le stock existant d'antitoxines à Nome à l'époque était faible et, à mesure que la maladie se propageait, il a rapidement été épuisé. L'approvisionnement disponible le plus proche en sérum était à Anchorage, à 955 miles de là. Il pouvait être transporté par chemin de fer jusqu'à Nenana, à 297 miles au nord d'Anchorage, mais pas plus loin. Les deux seuls avions en Alaska ont été démantelés et remisés à Fairbanks, sans personne pour les piloter, car les trois seuls pilotes du territoire étaient partis pour l'hiver. L'avion exploitable le plus proche était à Seattle et il n'y avait pas assez de temps de l'amener vers le nord. Cela signifiait que le seul moyen de transporter le sérum les 658 miles restants de Nenana à Nome était par attelage de chiens. Le voyage était ardu en toute saison, mais en plein milieu de l'hiver, c'était particulièrement vrai. Par beau temps, les équipes postales américaines mettaient 25 jours pour parcourir la distance.

Le plan de Seppala était de déposer certains des chiens le long du chemin dans divers villages esquimaux où ils pourraient être pris en charge et se reposer pour le voyage de retour. En déposant un total de douze chiens en cours de route, il prévoyait d'atteindre Nulato, où il devait rencontrer l'attelage venant dans l'autre direction, avec huit. Ce chiffre serait suffisant, a-t-il calculé, car il avait été informé que le colis contenant le sérum était très léger.

Mais après que Seppala ait perdu la communication téléphonique avec Nome, l'épidémie a augmenté de façon si alarmante qu'il a été décidé d'accélérer le transport du sérum en utilisant des relais plus courts nuit et jour à partir de l'autre direction. Ainsi, vers la fin de la quatrième journée, alors que Seppala et ses chiens venaient tout juste de voir le village de Shaktolik, ils ont croisé l'attelage transportant le sérum. Seppala n'avait parcouru que 170 miles depuis son départ de Nome, alors qu'il s'attendait à en parcourir 300. Par conséquent, il avait presque dépassé le musher avec un mot de salutation quand il entendit les mots: «Sérum - reviens en arrière». Bien que cela rendit son voyage total plus court, Seppala venait de couvrir les pires 43 miles sur la glace de Norton Sound de Issac's Point à Shaktolik, et maintenant, avec la nuit qui approchait et un vent fort sur leurs visages, ils devraient repartir sur la glace. Pendant cette partie du voyage, il y avait le danger toujours présent que la glace se brise et dérive dans la mer de Béring. Beaucoup d'hommes avaient été perdus de cette manière et avec le vent fort, les risques d'une telle occurrence étaient plus grands. Néanmoins, Seppala a atteint Issac's Point, totalisant près de quatre-vingt-dix miles pour son attelage en une journée. Le lendemain, sur les conseils d'un vieil Esquimau, Seppala a rapproché l'attelage du rivage. Malgré cela, à un moment donné, ils sont passés à quelques mètres seulement de l'eau libre où le chemin qu'ils avaient parcouru la veille avait dérivé vers la mer. Néanmoins, cet après-midi-là, ils atteignirent le village de Cheenik où l'attelage suivant prit le relais. Le dernier attelage, conduit par Gunnar Kasson, atteingnit Nome à 5 h 30 le matin du 2 février 1925, tout le trajet de 658 miles de Nenana à Nome ayant été effectué en seulement cinq jours et demi. Et sur les 650 miles, Leonhard Seppala et son attelage ont parcouru 340 miles, alors qu'aucun autre relais n'en a fait plus de 53.

En fait, les efforts des chiens et des mushers pour éviter l'épidémie de diphtérie étaient si impressionnants que le sénateur Dill de l'État de washington a rédigé une résolution au Congrès qui a fait de l'histoire de la Route du Sérum une reconnaissance Nationale. Une phrase de ce récit se lit comme suit: «Les hommes avaient pensé que la limite de vitesse et d'endurance avait été atteinte dans les courses exténuantes de l'Alaska, mais une course pour le sport et l'argent s'est avérée beaucoup moins stimulante que cette compétition, dans laquelle l'envie était l'humanité et le prix était la vie."

Après la collecte du sérum, Seppala a beaucoup voyagé aux États-Unis et au Canada, remportant des courses partout où il allait et fournissant les chiens fondateurs, pour bon nombre des premiers chenils de Sibérien dans les deux pays. Le palmares qu'il a accumulé en tant que coureur est indéniable. Il a non seulement remporté la Course de l'Alaska en 1915, 1916 et 1917, mais a également remporté le Yukon Dog Derby à deux reprises, le Bordon Marathon à quatre reprises, le Ruby Derby, la New England Point to Point à trois reprises, l'Eastern International. au Québec, la course de Lake Placid deux fois, la course de printemps de Pologne dans le Maine trois fois et la course de Solomon Burden deux fois. Dans beaucoup de ces cas, il a établi des records, dont certains sont encore d'actualité.

Mais aussi méritant qu'il soit du titre de «plus grand conducteur de chiens au monde», la principale préoccupation de Seppala n'était pas simplement celle de la gloire personnelle. S'établissant tard dans sa vie à Seattle, puis Washington où il a aidé à l'élevage et à l'entretien des chenils de Bow Lake d'Earl Snodie, il remarqua que pour lui, ses plus grandes réalisations avaient été de faire avancer la cause des chiens sibériens qu'il avait appris à connaitre et à aimer, et que cela avait été un honneur de les conduire pendant tant d'années, et d'avoir amélioré le traitement des chiens de traîneau en général.

Il est décédé en 1967 à Seattle. Dans la vieillesse, il est resté ce qu'il a toujours été: un homme calme, modeste et plein d'humour, toujours quelque peu surpris mais timidement heureux quand quelqu'un se souvenait de lui.

Suite : Togo.