Arrivé à Nome vers 1900, Leonhard Seppala était mieux préparé que la plupart des gens pour faire face aux difficultés de ce nouveau pays. Né dans le village de pêcheurs de Skjervoy, en Norvège, à environ 250 miles au nord du cercle polaire arctique, il avait d'abord affronté les dangers et la dureté de la vie d'un pêcheur de l'Arctique à l'âge de onze ans. Pendant les mois d'été, il avait travaillé avec son père comme forgeron, et avec l'idée de reprendre éventuellement son entreprise, il avait terminé son apprentissage de ce métier dans la ville de Christiana. Son constant travail acharné couplé d’un intérêt passionné pour le sport a aidé Leonhard à devenir un jeune homme maigre et robuste, et, bien qu'extrêmement petit, il était à la fois un skieur expérimenté et couramment un adversaire. L'idée de reprendre les affaires de son père et de s'installer dans la vie traditionnelle de Skjervoy a cependant perdu de son attrait avec la mort soudaine de son amie d'enfance et de sa fiancée. Avec sa mort, la vie en Norvège a soudainement semblé sombre et répétitive pour le jeune homme, et quand un vieil ami, Jafet Lindeburg, est revenu des concessions aurifères de l'Alaska avec des récits d'une nouvelle vie, d'une richesse inouïe, Seppala a décidé d'émigrer. Une fois à Nome, il a occupé différents emplois dans et autour des mines. Il a également tenté de prospecter lorsque les opportunités et les fonds le permettaient, mais n'a jamais rien gagné. Mais comme la plupart des résidents de longue date de la péninsule, il a acquis l'art de la conduite de chiens et, comme le reste de la communauté, il est devenu un fervent adepte de ce nouveau sport progressant rapidement: les courses de chiens de traîneau.

Jusqu'au premier Alaska Sweepstake en 1908, le ski avait été le sport principal de la région, et Seppala était parmi les meilleurs. Mais avec l'introduction des courses de chiens de traîneau, l'attention du public a rapidement changé. Seppala, lui-même, ne s'était jamais considéré comme un conducteur de chiens particulièrement talentueux, et lorsqu'un ami lui a suggéré de participer à l'une des petites courses organisées tout au long de l'année en préparation La Course, Seppala a pensé qu'il plaisantait. À cette époque, il possédait un attelage de chiens de transport de race mixte qu'il n'avait jamais considéré comme des chiens de course. Mais son amour des challenges sportifs, allié à la persuasion de son ami, a finalement surmonté sa timidité initiale et il s’est inscrit à la course de Moose Burden Handicap.

En l'occurrence, c'est un busard qui a décidé de l'issue de la course et, ce faisant, a probablement changé l'histoire des courses de chiens de traîneau. Seppala ne pensait pas pouvoir gagner, et quand un des attelages les plus rapides s’arrêta dernière lui, il était également sur le point de ralentir pour laisser passer cet attelage, lorsque ces chiens ont soudainement accéléré. En regardant devant, Seppala a vu un busard sur la piste. Et alors que son attelage le poursuivait, le busard s'est envolé et s'est de nouveau posé plus loin. Cela a continué pendant environ quatre miles jusqu'à ce que l’oiseau se lasse du jeu. Mais la vitesse acquise a été suffisante, et quand Seppala a regardé en arrière, son concurrent n'était plus en vue. En franchissant la ligne d'arrivée, personne n'a été plus surpris que Seppala lui même quand il a appris qu'il avait effectivement gagné la course. Il savait que la victoire avait été un coup de chance, mais la sensation de victoire dans ce nouveau sport provoqua une addiction, et donc Leonhard Seppala, le skieur, est devenu Leonhard Seppala, le conducteur de chiens. Mais il n'était pas encore vraiment dans les meilleurs, et dans les années qui ont suivi, les attelages de John Johnson, Scotty Allan et Fay Delzene étaient toujours les favoris avec lesquels il fallait compter dans la compétition.

Quoi qu’il en soit, en 1913, Jafet Lindeburg, ayant recueilli le meilleur de ce que l'on pouvait trouver des premières importations sibériennes et de leur progéniture, demanda à Seppala s'il prendrait en charge l'élevage et la formation des jeunes chiens. Il y avait environ 15 chiens en tout, principalement des chiots et des chiennes, et il était prévu qu'ils soient présentés en cadeau au capitaine Roald Amundsen pour son expédition prévue au pôle Nord l'année suivante. Heureusement pour Seppala et pour la réputation des Sibériens, Amundsen a dû annuler son expédition suite à la déclaration de la Première Guerre mondiale et Seppala a réussi à garder les chiens en sa possession. Mais ils étaient très jeunes, le chien de tête Suggen étant le seul expérimenté de l'attelage. Ainsi, lorsque le Nome Kennel Club et Scoty Allan ont suggéré que les attelages soient inscrits au septième All Alaska Sweepstake en 1914, Seppala eu d’énormes doutes.

Il a cependant accepté au dernier moment et est entré dans la course sans jamais avoir repéré le parcours. Cela s'est avéré être une erreur, car dès le début de la course, un blizzard s’est levé et Seppala et son attelage ont pris un mauvais virage et se sont perdus. Après avoir presque dévalé une falaise de plusieurs centaines de pieds de haut dans les bourrasques aveuglantes, Seppala a finalement réussi à revenir sur la piste. Mais les pieds des chiens saignaient gravement et ils étaient épuisés. Il a donc été contraint de se retirer de la course. Cependant, tout au long de l'hiver suivant, Seppala et son attelage se sont entraînés comme jamais auparavant. Afin de subventionner ses entraînements, Seppala a commencé à transporter du fret et des passagers dans toute l'Alaska, et au début de la huitième All Alaska Sweepstake de 1915, son attelage était en excellente condition. Il avait pris soin de s'entraîner loin de la ville pour que personne n'ait une idée de la vitesse de son attelage. Ce fait, couplé à son abandon malchanceux de l'année précédente, a fait de lui la cible de la course.

Finalement, Leonhard Seppala a remporté la course avec facilité. Son rival le plus proche était Scotty Allan, et Seppala, s'attendant à une bataille à couteaux tirés avec Allan, avait intentionnellement "préservé" ses Sibériens pour ce duel. Mais près de Cape Nome, à 13 milles de l'arrivée, Seppala avait déjà une heure d'avance sur Allan et a réussi à gagner «en favori». L'épouse de Seppala, Constance, avait été élue Reine de la Course cette année-là, et pendant que le canon de Fort Davis retentissait et que les sirènes de la centrale électrique et des casernes de pompiers criaient pour annoncer le gagnant, elle fut la première dehors pour le féliciter.

Leonhard Seppala a remporté les éditions suivantes en 1916 et 1917 avec la même facilité. Après 1917, le manque d’adversaire et l'augmentation de l'effort de guerre entraînèrent l'arrêt de la course. Et donc, ce qui a peut-être été le chapitre le plus spectaculaire de l'histoire des courses de chiens de traîneau a pris fin. Mais dans les années qui ont suivi, Seppala a continué à prouver la polyvalence de ses "petits chiens", remportant de nombreuses courses plus courtes et battant de nombreux records dans ce domaine. Ce faisant, il a prouvé qu'avec un entraînement approprié, le Sibérien pouvait également réussir dans les courses de moyennes distances comme l’ont été les compétitions épuisantes de la All Alaska Sweeptstake. Il a remporté ces courses, non seulement en Alaska, mais aussi au Canada et en Nouvelle-Angleterre; partout où il allait, «le petit homme avec ses petits chiens», comme on l'appelait, gagnait l'admiration et l'affection de tous. Ce qui semblait le plus étonner, c'était l’incroyable volonté des chiens de travailler et la capacité étrange de Seppala à leur inculquer ce désir. Un rival découragé de Nouvelle-Angleterre l'a décrit ainsi:

"Cet homme est surhumain. Il m'a dépassé tous les jours pendant la course, et ça ne me faisait pas rire. On ne voyait pas vraiment comment il conduisait ses chiens. De temps en temps, il claquait sa langue, et ils s'allongeaient dans leurs harnais plus fort que je n'en avais jamais vu faire auparavant. Quelque chose est sorti de lui et est entré dans ces chiens avec ce gloussement. Vous avez entendu parler de certains hommes qui détiennent un contrôle surnaturel sur les autres. L'hypnotisme, comme vous l'appelez. Je suppose qu'il est tout aussi probable de travailler avec sur des chiens. Si quelqu'un l'a fait, c'est certainement Seppala."

Un fait dont Seppala était très fier était que pendant toutes les années où il avait couru, il n'avait jamais utilisé de fouet sur un chien. Une seule fois, il a été appelé à claquer son fouet, mais c'était simplement pour ramener rapidement les chiens après une halte pendant la course All Alaska Sweepstakes de 1915.

Cependant, si tous les exploits de Seppala étaient de nature sportive, les plus spectaculaires ne l'étaient pas. Dès son plus jeune âge, Seppala semble avoir été doté de ces qualités de courage et de présence d'esprit qui s'avèrent utiles en temps de crise.

À l'âge de neuf ans, il a sauvé un camarade de jeu plus âgé et beaucoup plus grand d'un incendie. Plus tard, lors d'une tempête, il a aidé son père à secourir un équipage de pêcheurs en train de se noyer dans l'océan Arctique glacial. Au cours de ses premières années en Alaska, il a poursuivi et attrapé un homme qui tentait d'enlever une jeune femme. Étant un meilleur conducteur de chiens, il avait réussi à rattraper l'homme, même s'il pensait que ce dernier avait une longueur d'avance considérable. Une fois attrapé, Seppala, bien que sans arme, a réussi à désarmer l'homme et a reconduit la fille à Nome.

À une autre occasion, peu de temps après avoir remporté la All Alaska Sweepstakes en 1916, Seppala, arrive à Dime Creek après avoir fait une course de quarante miles, a appris qu'un ami et collègue musher nommé Bobby Brown avait été gravement mutilé dans un accident de scierie. L'hôpital le plus proche se trouvait à Candle, à 62 miles, et les habitants de la ville, apprenant que Seppala était dans la région, se précipitèrent pour l'implorer de faire le voyage. Il était déjà 13 heures et ses chiens étaient fatigués. De plus, Seppala avait déjà un passager et n'était pas familier avec la piste. Soulignant ces faits, Seppala, tout en déclarant qu'il était prêt à essayer, a suggéré que leur meilleur musher avec un autre attelage de chiens pourrait probablement faire mieux. Cependant, les citadins ont déterminé que Seppala était le meilleur homme pour faire le trajet. Ils ont accepté d'envoyer leur meilleur musher et son attelage pour servir de guide et emmener l'autre passager. Et donc les deux équipes sont parties pour Candle.

Il est toutefois devenu rapidement évident que l'autre attelage ne pouvait pas suivre, même lorsque Seppala a ramené l'autre passager sur son traîneau. À ce stade, Bobby Brown, qui était toujours conscient, a déclaré à Seppala que s'il était tenu informé des points de repère qui passaient, il pourrait les guider jusqu'à Candle. L’autre attelage a donc fait demi-tour et Seppala, transportant deux passagers, a continué vers Candle, arrivant vers onze heures du soir. Ses chiens avaient parcouru 102 miles en une journée avec parfois deux et parfois trois hommes sur le traîneau. Avec toute l'expérience de Seppala, il n'avait jamais entendu parler d'un attelage faisant un trajet aussi long avec une telle charge en une seule journée. Malheureusement, Bobby Brown est décédé trois jours plus tard.

Suite: Seppala et l'Historique Route du Sérum.