Travail Attelage Randonnées News Dossier Togo Histoire complète du SIBERIAN HUSKY

Par Lorna B. Demidoff and Michael Jennings

 

1 – Le Sibérien en Alaska

L'OR a été découvert pour la première fois en Alaska en 1880 près du site actuel de Juneau. Mais ce n'est qu'en 1896, lorsque les prospecteurs de la région de Juneau ont trouvé de l'or dans les territoires du Klondike du Yukon voisin, que la ruée vers l'or, en tant que telle, a vraiment commencé. Avec cette découverte, des milliers de personnes du monde entier ont afflué au Yukon et dans les territoires de l'Alaska. Certains ont trouvé de l'or, mais la plupart n'en ont pas trouvé. La ruée n'a pas duré très longtemps et le dernier grand filon a été découvert à Fairbanks en 1902. Pendant le pic de la ruée, les prospecteurs les plus chanceux pouvaient creuser ou fouiller jusqu'à 5000 $ de poussière d'or en quelques jours seulement. Mais avec des œufs vendus à un dollar chacun, peu d'entre eux ont gardé longtemps leurs fouilles durement gagnées.

Mais, si peu des milliers de nouveaux habitants partageaient la richesse nouvellement trouvée, tous partageaient les problèmes. Et le plus important d'entre eux, probablement plus grand que les difficultés de simple cohabitation ou de traversée des Rocheuses ou d'une vague de malchance, était le froid sévère, perfide et presque constant. Beaucoup en sont morts et d'autres sont partis à cause de cela. Mais à mesure que la ferveur de la ruée diminuait et que la vie dans les villes minières prenait les qualités tenaces d'entreprises bien réglementées, ceux qui restaient dépendaient, comme leurs prédécesseurs indiens et esquimaux, du chien de traîneau pour leur survie.

Cela n'était nulle part ailleurs plus le cas que dans cette petite colonie sur une langue de terre qui s'avançait dans le Norton Sound. Par une bizarrerie étrange du destin appropriée à une ville en plein essor, les mots ‘no-name’ (sans nom), griffonnés sur une carte par un employé du bureau des frontières territoriales, avaient été mal lus et la ville devint Nome. Nome est entrée dans le rang des villes en plein essor quand, en 1899, de l'or a été découvert tout près de Daniels Creek. Située sur une péninsule étroite avec de la place pour une seule rue principale sur toute sa longueur, l'explosion soudaine de la population en 1900 a créé une "ville de tentes" tout le long de la plage gelée. La glace ayant interrompu toute communication par voie maritime pendant la plus grande partie de l'année, les résidents de Nome sont devenus complètement dépendants du seul autre moyen de transport vers le monde extérieur: l'attelage de chiens de traîneau. Par conséquent, on a estimé qu'à la fin du siècle, il y avait probablement plus de chiens par habitant dans la ville de Nome que partout ailleurs dans le monde.

Comme les habitants eux-mêmes, ces chiens étaient très variés. Certains étaient endémiques à la région, au poil épais et oreilles dressées, de type arctique; d'autres présentaient des poils plats à tête plate, plus méridionaux, qui avaient migré vers le nord avec leurs propriétaires ou, comme c'était probablement le cas le plus souvent, avaient été ‘shanghaïsés’ et expédiés dans le Grand Nord à des fins lucratives. En général, c'étaient de gros chiens musclés et féroces, et, comme les habitants eux-mêmes, ceux qui avaient survécu étaient habitués au travail acharné, au froid intense et à peu de nourriture. Étant donné que la vie dépendait pratiquement de ces chiens, un bon chien était non seulement une possession de grande valeur, mais aussi un objet de fierté et de prestige immense. Il n'est donc pas surprenant que le soir venu, lorsque les hommes se sont rassemblés autour du gros poêle d'un bar local, le sujet de conversation tournait souvent autour des chiens. Et au fur et à mesure que la nuit avançait et que les histoires grandissaient, les exploits de tel ou tel leader, ou la vitesse de tel ou tel attelage, prirent des proportions merveilleuses. Et avec chaque homme vantant les vertus de son équipage, tout en soulignant les faiblesses de son voisin, les débats se sont intensifiés. Certains attelage étaient rapides sur de courtes distances, tandis que d'autres avaient plus d'endurance. Certains pouvaient pister, nez dans un blizzard, tandis que d'autres préféraient de loin, un bon vent arrière. Certains détestaient brasser dans la neige profonde, d'autres ne supportaient pas leur reflet dans la glace. Et ainsi, les disputes ont continué.

Finalement, Scotty Allan, dit « Scotty » qui allait devenir l'une des figures les plus populaires de l'histoire de l'Alaska, a proposé d’organiser une course pour prouver une fois pour toutes qui avait le meilleur attelage. Bien que Scotty ait fait fortune dans les champs aurifères, il avait tout perdu avec le naufrage d'un bateau à vapeur qu'il avait acheté et était alors employé comme comptable pour les marchands Darling et Dean Hardware. Excellent conducteur de chiens de traineau lui-même, c'est en fait l'habitude de ses enfants de «faire la course» avec leurs propres chiens qui l'inspira à suggérer cette idée aux mushers de Nome.

Il est cependant devenu immédiatement évident que ce ne pouvait pas être seulement une course ordinaire. Pour prouver quoi que ce soit, il faudrait que ce soit un grand événement, susciter l'intérêt et le soutien du public, être bien organisé avec des machines pour faire appliquer les règles, et être un test équitable des capacités des chiens et des conducteurs. Après des mois de discussion, le Nome Kennel Club a été créé en 1907 afin d'organiser et de parrainer l'événement. Albert Fink, avocat, a été son premier président et a aidé à la rédaction du règlement. Les règles étaient principalement les suivantes:

- Tous les participants devaient être membres du Nome Kennel Club.

- Tous les chiens devaient être enregistrés auprès du Club.

- Un participant pouvait avoir autant de chiens dans son attelage qu'il le souhaitait, mais tous ceux qui avaient commencé devaient être ramenés, soit au harnais, soit dans le traîneau, et tous les chiens seraient spécialement marqués au début de la course pour empêcher toute substitution le long du parcours.

- Il ne devait y avoir aucune "allure définie", ni travail d'équipe d'aucune sorte. Lorsque deux attelages se déplaçant dans la même direction se rapprochaient, celui qui se trouvait derrière avait le droit de passer et devait bénéficier de toute l'assistance nécessaire pour doubler l’attelage. Cette règle, cependant, ne serait pas considérée comme en vigueur pendant la dernière étape du tronçon vers l’arrivée.

En plus de ces règles, il y avait une longue liste de détails techniques à respecter.

Mais c'était le parcours lui-même qui était la préocupation principale. Car si la course devait effectivement prouver qu’elle était la meilleure équipe, le parcours devrait tester tous les aspects des capacités des chiens et des conducteurs. Enfin, un parcours de Nome à Candle, aller/retour a été décidé, une distance de 408 miles qui comprenait des conditions de conduite extrêmement variées. Il y avait de la glace de mer, de la toundra, des montagnes, des bois, des glaciers et même une vallée qui était presque toujours engloutie dans une tempête de neige, peu importe le temps qu'il faisait ailleurs.
Il a été décidé que la course aurait lieu en avril, lorsque les conditions climatiques étaient les plus adéquates. Afin de remettre les chiens et les conducteurs en bonne forme, des courses préliminaires ont eu lieu tout l'hiver, commençant en octobre avec une course de sept miles, et allant jusqu'à 75 miles juste avant la date proposée. Un tel niveau de performance a naturellement entraîné une réévaluation de toute la population des chiens de traîneau. Des régimes spéciaux, enrichis, furent fabriqués et les chiens pesés quotidiennement. Les conducteurs ont accordé une attention considérable à l'état des pieds de leurs chiens, renforçant les coussinets contre la glace vive. Des innovations, comme des protecteurs de flancs pour les chiens à poil court, des nettoyants ‘verts’ ou des lunettes de protection contre la cécité des neiges, ont été essayés.
Les traîneaux ont été allégés, les lignes et les harnais ont été perfectionnés. Ainsi, le sort des chiens de traîneau en général a été considérablement amélioré et le rythme de progression des techniques de conduite s'est fortement accéléré.

Suite: La All Alaska Sweepstake